Introduction

Notre pédagogie s’adresse à tous les enfants de 6 à 16 ans.

Depuis plusieurs années, différentes pédagogies sont devenues des références incontournables en matière d’éveil et d’apprentissage. L’école classique est obsédée par l’idée de mesurer les performances des élèves selon une norme unique. Elle perd complètement de vue l’essentiel, à savoir l’accomplissement de l’être humain. L’erreur serait de penser qu’en favorisant la créativité on forme des artistes et des marginaux. Pour être un bon mathématicien ou un bon entrepreneur, une pensée libre et créative est aussi essentielle !

Le fait que ces pédagogies favorisent particulièrement la créativité, la flexibilité mentale et la concentration est prouvé par plusieurs études comparatives.

« J’ai appris à poser des questions, pas seulement à suivre des consignes », dit Larry Page, l’inventeur de Google, qui ne manque pas une occasion de rendre hommage à l’école de son enfance.

Les principes de la pédagogie à l’Ecole Ecsellis

Apprendre avec plaisir, liberté de mouvement, esprit de compétition sain, respect du rythme de chacun n’empêche ni la discipline, ni le goût du travail bien fait, encore moins un très bon niveau scolaire.

Lorsque l’on est heureux et épanoui, on travaille d’autant mieux, et avec efficacité !

Plusieurs éléments sont essentiels :

  • le mélange des âges dans un même groupe ;
  • un accès libre à un matériel concret, sensoriel, très varié ;
  • des enseignants attentifs à la fois à chacun et à l’ambiance de travail du groupe ;
  • une réelle implication des parents.

La liberté

C’est une notion fondamentale de la pédagogie à l’Ecole Ecsellis. En classe, les enfants sont libres de choisir l’activité qu’ils souhaitent faire parmi celles qui leur sont proposées, à la condition que le thème de l’activité ait été présenté par l’enseignant(e). Ils disposent de suffisamment de temps pour accomplir leur travail. Ils ont le droit de parler (à voix basse) et de se déplacer dans la classe, tant que l’ambiance de travail est respectée.

Discipline et autodiscipline

La discipline consiste à obéir, l’autodiscipline consiste à savoir gérer sa liberté.

Il n’y pas de développement personnel harmonieux sans un juste équilibre entre les deux.

Les élèves reçoivent une feuille d’objectifs répertoriant en détail le travail prévu pour une durée de 2 à 3 semaines.

L’apprentissage par l’expérience

L’abstraction ne se transmet pas. Jusqu’à 12 ans au moins, pour s’approprier les concepts, l’enfant doit manipuler, de façon tangible et concrète, avec ses cinq sens.

Autocorrection :

Elément clé de notre approche pédagogique, l’autocorrection poursuit 2 objectifs :

  • développer l’autonomie et la responsabilisation de l’élève face à ses apprentissages ;
  • minimiser la notion « d’erreur », amenant l’élève à considérer une erreur comme une occasion de progresser et non pas comme une remise en question de sa valeur propre.

Des enseignants attentifs

L’enseignant observe et accompagne chaque enfant. Il met toujours en valeur les réussites. Les comportements qui perturbent la cohésion du groupe sont sanctionnés. Son rôle est d’encourage l’autonomie et la prise de responsabilité. Il est garant d’une ambiance paisible favorisant le travail de chacun.

Des parents impliqués

Pour une croissance harmonieuse de l’enfant, il est essentiel que toutes les personnes qui l’entourent aient un objectif commun et concerté. Parents et enseignants doivent se considérer comme de véritables collaborateurs dans la construction de l’enfant. Les parents sont régulièrement conviés à des réunions, des échanges. Nous souhaitons qu’ils participent et s’investissent dans la vie de l’Ecole Ecsellis.

Au-delà de la qualité des apprentissages, ce qui prédomine dans la pédagogie à l’Ecole Ecsellis c’est ce qu’en retiendra pour la vie entière chaque enfant qui en bénéficie :

  • il respectera l’autre dans ses différences, car il aura été respecté lui-même dans la période la plus importante de sa vie pour la construction de soi ;
  • il saura au fond de lui-même, dans des situations futures plus rudes, qu’une relation harmonieuse à l’autre est possible.